jeudi 24 septembre 2009

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise, Dai Sijie, Niveau B1 (Batx 1,2)

Résumé:

« Balzac et la petite tailleuse chinoise » de Daie Sijie, illustre avec brio et beaucoup d’habilité le pouvoir de la lecture à travers trois personnages principaux : le narrateur, son ami Luo ainsi que la petite tailleuse. Le contexte historique de la rééducation imposé par le président Mao dans la Chine rouge donne du piment à l’histoire puisque le narrateur et Luo, enfants de la ville, vont être plongés dans un univers inconnu, celui de la campagne dans les montagnes du Phénix du ciel.

Le narrateur de ce récit est un personnage actif mais reste la plupart du temps témoin des événements qu’il rapporte. Il a 17 ans est d’un milieu plutôt élevé : son père est pneumologue et sa mère spécialiste des maladies parasitaires. Il fait de la musique, du violon, l’instrument des prodiges. Lorsqu’au début du roman il joue du Mozart on se sent transporté, tout comme les habitants du village, et on arrive à lire la mélodie sur les lignes du livre.

Son meilleur ami Luo, 19 ans, autre personnage principal de ce récit, est son voisin de palier avant leur départ pour la rééducation ; ils grandissent ensemble sans jamais se disputer. Le père de Luo est un dentiste célèbre dans toute la Chine pour avoir « touché » les dents du président Mao. Mais après cet événement toute la famille avait été déclarée « ennemi du peuple ».

Le dernier personnage de ce livre est une jeune fille des montagnes surnommée la petite tailleuse dont vont s’éprendre les deux amis. Mais le narrateur voue une telle loyauté à son ami qu’il ne révèlera rien. Cette fille de tailleur est très jolie mais sans aucune culture puisqu’elle reste toujours seule dans son atelier, installée devant sa machine à coudre pendant que son père part prendre des commandes dans les villages environnants.

Luo et le narrateur vont rencontrer le Binoclard, un autre garçon lui aussi en rééducation dans un village voisin. Il se trouve en possession de livres interdits… Les œuvres des plus grands auteurs occidentaux de l’époque passent entre leurs mains et vont leur permettre d’accéder à un nouveau monde : celui de l’instruction et de la culture.

Car enfin voilà le but de cette histoire, grâce essentiellement au « Père Goriot »de Balzac, Luo va entreprendre de cultiver la petite tailleuse qui jusque là était « belle mais inculte ».

« Avec ces livres je vais transformer la petite tailleuse, elle ne sera plus jamais une simple montagnarde. »

C’est à ce moment que tout le talent de Daï Siji se révèle, lorsqu’elle raconte les changements orchestrés par la lecture et l’envie que l’on a de partager la culture que l’on vient d’acquérir, comme le fait Luo avec la petite tailleuse.

Mais l’intérêt de ce livre réside aussi dans la transformation radicale de la petite tailleuse : de jeune fille passive sans connaissance, elle devient une femme épanouie qui veut découvrir le monde non plus grâce aux livres mais avec ses propres yeux.

Cette œuvre est un très bel exemple du pouvoir de la culture et des connaissances apportées par la lecture. Elle est aussi moraliste, en quelque sorte, puisqu’elle démontre aux gens que lire est essentiel.

Auteur Dai Sijie
Editeur Gallimard
Collection Folio
Nombre de pages 228 pages
Format 11 cm x 18 cm
ISBN 207041680
1

Vocabulaire:

- "illustrer avec brio" : nous allons décomposer cette expression.

"brio" est emprunté du vocabulaire de la musique. "Brio" est pareil que "virtuose". "Avec brio" signifie "avec génie, avec virtuosité".
tu n'es pas obligé(e) d'utiliser cette expression avec le verbe "illustrer", tu peux le contruire aussi avec le verbe "réussir", on utilisera d'ailleurs plus facilement et plus fréquemment ce dernier verbe.
  • illustrer avec brio: enseigner/montrer avec génie
  • réussir avec brio: réussir de manière excellente (exple: "tu as réussi avec brio ton examen")
- "donner du piment à ": comme on le sait, le piment pique! Il te fait changer d'état physique en 2 secondes, la sensation est très forte car cette épice est très forte!

Alors dans le sens figuré "donner du piment à quelque chose" cela veut dire "donner du piquant", c'est à dire qu'une chose ou une situation est bousculée, changée, et même mise en difficulté. Cela peut-être un obstacle comme ici la Chine Rouge donne du piment aux jeunes de l'époque, c'est à dire qu'elle ne va pas leur faciliter la vie.

On utilise cette expression vraiment pour marquer le passage brutal d'une chose à une autre. Exactement comme lorsqu'on mange un piment!;)

-"un prodige": un génie, un virtuose.

-"se sentir transporté(e) par une chose": c'est quand on quitte le monde physique pour se perdre dans la sensation, on se laisse emmener par la musique...

-"voisin de palier": le palier c'est globalement ce qui désigne la partie dans un immeuble entre deux portes d'entrées. Donc le voisin de palier signifie tout simplement le voisin d'à côté.

-"réeducation": la réeducation souvent fait allusion à la sanction extrême que puisse avoir un jeune. Les jeunes dit "à problème" ou "rebelles" sont envoyés en "réeducation", des sortes de centres où on leur apprend la discipline. Ces centres continuent d'exister mais l'image essaie de changer. On réeduque pour mieux réinsérer le jeune dans la société.

-"s'éprendre de quelqu'un": c'est quand quelqu'un vous plaît énormément, ce n'est pas aussi fort que "tomber amoureux" mais ça s'y approche. l'expression qui s'y approcherait le plus serait "avoir le béguin pour quelqu'un".

-"environnants": aux alentours, vient du mot "environ", dans le texte cela signifie les villages d'à côté.

-"Binoclard": ce mot en fait est grammaticalement un barbarisme. On a construit ce mot à partir de "binocle" qui veut dire "lunette". D'avoir mis le suffixe -ard, ce mot devient péjoratif. Dire de quelqu'un qu'il est "binoclard", cela veut renvoie à une image d'une personnage qui porterait de grosses lunettes et qui verraient vraiment très très mal. Par exemple, on pourrait dire du professeur Tournesol dans Tintin que c'est un binoclard. C'est malheureusement, un mot qui est très vite prononcé dans les couloirs de l'école pour se moquer de quelqu'un qui porte des lunettes.

Mon impression sur le livre:

C'est tout simplement un livre beau, poétique, émouvant, et attachant. Beau et poétique pour la forme et émouvant et attachant car le narrateur nous fait pénétrer directement dans la Chine de Mao aux côtés de ses amis. Des amis que nous considérons très rapidement comme les nôtres. La découverte des livres interdits comme ceux de Balzac nous donne envie de les lire nous aussi. Oui, oui BALZAC, je ne sais pas si vous vous rendez compte!!??Avoir 17 ans et être fan de Balzac semble à première vue impossible, surtout dans notre époque actuelle et pourtant...Ce qu'il faut comprendre, c'est que la lecture, qu'elle soit de grands écrivains du XVIIIème comme Balzac ou comme la lecture d'aujourd'hui valent la peine d'être découvertes. Pourquoi???Lisez-le et vous verrez ce qu'il arrive à la Petite Tailleuse chinoise...

1 commentaire:

  1. bonjour j'ai un devoir d'ecriture d'invention à faire,ecrire un article sur le theme du pouvoir de la culture et je dois montrer comment le livre Balzac et la Petite tailleuse chinoise illustre ce thème.j'aimerais que vous me donniez quelques conseils pour reussir mon devoir...je vous en serai extrenement reconnaissant.vous pouvez me contactez à l'adresse kevenrik095@hotmail.fr

    RépondreSupprimer